Délibération 563 – Rythmes scolaires

Conseil municipal de Roubaix du 12 décembre 2013

Il s’agit avec cette délibération d’approuver le financement pour le 1er semestre 2014 des associations engagées dans les clubs et l’accueil de loisir en application de la réforme des rythmes scolaires.

Mon intervention est une explication de vote, nécessaire puisque nous voterons contre cette délibération.

D’abord, il ne s’agit pas d’un jugement de valeur sur le projet de ces associations et sur le travail qu’elles ont pu faire depuis septembre.

Il y a d’ailleurs à cela une simple raison de bon sens, à savoir que, si nous disposons de quelques retours du terrain, nous n’avons pas à ce jour une vision synthétique qui nous permettrait un tel jugement.

Ensuite, il ne s’agit pas non plus de rentrer dans le détail des multiples aléas de la mise en place de cette réforme.

Il s’agit pour nous de réaffirmer une position de principe.

La publication récente des derniers résultats du programme international des acquis des élèves (PISA) a permis 2 constats.

Le premier est la confirmation qu’en France le système s’était dégradé par le bas au cours de la dernière décennie.

Cela légitime la volonté de refonder l’école après des années de politique aux effets négatifs.
Et sur le point précis des rythmes scolaires, puisqu’il est acquis que la matinée est le temps scolaire le plus utile, passer de 4 à 5 matinées, c’est augmenter le temps scolaire le plus utile de 25 %, cela va donc dans le bon sens, même si cela ne peut bien sur pas résoudre tous les problèmes.

Le second constat est qu’en France la corrélation entre milieu socio économique et performance scolaire est plus marquée qu’ailleurs et à milieu socio économique équivalent, c’est encore en France que les élèves issus de l’immigration accusent plus des scores inférieurs.

Et plus grave, le système est encore plus inégalitaire en 2012 qu’il ne l’était en 2003.
Cela implique que toute intervention dans la politique éducative doit être marquée au sceau de l’égalité.

Car plus un pays est inégalitaire moins les résultats sont globalement bons et ce qui marche en matière de réussite scolaire, c’est l’accompagnement collectif pour garder et recréer une cohésion.

Et comme l’impact positif du soutien aux parents dans la réussite scolaire est démontré, cela implique que cela doit être une préoccupation constante.

On peut douter qu’un système basé sur la sélection et la justification pointilleuse apporte un vrai soutien aux parents et l’injonction moraliste à la responsabilité parentale est un renvoi aux inégalités sociales.

C’est pour réaffirmer cette position de principe contre le caractère inégalitaire du dispositif roubaisien, et qui est entre parenthèses la cause de bien des dysfonctionnement constatés, que nous voterons contre cette délibération.

Christian CARLIER
12 12 2013

Publicités