Démocratie participative à Roubaix, on va où ?

Monsieur le Maire, Madame l’Adjointe en charge de la démocratie participative

Une délibération est présentée pour indiquer la participation financière que la Ville met pour compléter les actions retenues au titre du Fond d’Intervention des Territoires et de leurs Acteurs (FITA).

C’est l’occasion pour moi de valoriser la continuité du soutien du Conseil Régional aux actions qui favorisent la participation des habitants et aux projets citoyens. Ce soutien notamment qui va aux moyens propres aux habitants des comités de quartier, comme aux associations qui dans le sport ou la culture intègrent une forte dimension citoyenne.

Roubaix a une longue tradition de démocratie participative et j’en profite pour prolonger l’hommage rendu à Marc Vandewynckel décédé le mois dernier . Il fut ici un pionnier, que certains dont j’en suis sure Marie-Agnès Leman, n’ont pas oublié. Il disait –je cite ici la Voix du Nord – « je regrette que la politique de la ville se soit réduite malheureusement à une politique de quartiers dégradés, stigmatisés, alors qu’ils sont aussi et avant tout, initiatives, respect des différences, invention de nouveaux métiers, échanges de savoirs et de savoir-faire.»

Cela nous pose une exigence : être capable toujours, non pas d’invoquer les mânes du passé – mais d’inventer la démocratie participative d’aujourd’hui et demain, celle qui inclut chacun comme acteur, porteur possible d’expertise et d’initiatives.

Et là, il y a un problème. 6 mois se sont écoulés et nous n’avons pas de visibilité sur ce que la Ville entend conduire comme démarche de démocratie participative.

Nous avons compris que les Comités de Quartier seraient confortés comme interlocuteurs, nous voyons de-ci de-là des concertations autour de projet particulier –telle la difficile réunion conduite en présence de Vilogia sur le Cul de Four – mais qu’entendez vous réellement mettre en place globalement? Nous attendons une stratégie et une feuille de route qui ait de l’ambition.

  • Que faites vous des Conseils de Quartier ? ils n’ont pas été réunis depuis 6 mois, ils résultent par la loi de février 2002 sur la démocratie de proximité d’une disposition légale et obligatoire qui n’a pas été abrogée.

Un cadre et une proposition de désignation devrait à minima nous être proposée. Ces Conseils de Quartier ont eu un fonctionnement inégal par le passé, mais dans mon quartier il a souvent bien fonctionné avec une assez grande autonomie délibérative de la part des habitants. C’est un lieu possible d’information, de délibération, de mise en débat d’enjeux municipaux.

  • Comment allez vous mettre en place les Conseils Citoyens que la nouvelle Loi sur la Politique de la Ville de François Lamy demande de créer, avec des modalités précises telles que parité, tirage au sort sur les quartier de la politique de la Ville (c’est-à-dire à Roubaix sur beaucoup de quartier) ?
  • Comment à l’échelle de la Ville comptez-vous créer des lieux, des temps permettant le débat public sur des enjeux qui ne s’apprécient pas correctement à la seule échelle du quartier ? tenez par exemple quelle politique de mobilité durable et la voiture doit-elle avoir une place sur la Grand’Place ?
  • Au-delà de cet exemple volontairement choisi, comment pensez-vous articuler ces différents niveaux : comité de quartier, conseils de quartier, conseils citoyens et tous autres dispositifs de travail collaboratif avec la population et la Ste Civile ?

Je ne dis pas que c’est simple, mais c’est important, c’est déterminant dans une ville qui recèle tant de frustrations, de sentiments de ne pas être écoutés.

Cette Ville de s’en sortira pas sans aller chercher et dialoguer avec toutes les énergies.

Pour cela je demande à la municipalité d’indiquer ses intentions en matière de démocratie participative, aujourd’hui ou à l’occasion du prochain conseil municipal.

Myriam CAU

Réponse

L’adjointe MA. Leman a réitéré son soutien aux comités de quartier, indiqué les avoir tous réunis, et travaille à mettre en place un «Forum Citoyen » dont elle n’a pas véritablement expliqué l’objectif ou le cadre.

Pour le reste, il ne semble pas y avoir de feuille de route globale, ni de vision claire. Il est à craindre même que MA. Leman, voire la Municipalité n’ait pas compris que les Conseils de Quartier sont obligatoires dans les villes de plus de 80 000 habitants, c’est la Loi.

Publicités