Négociations REDOUTE : ne pas se tromper de responsabilité

LAREDOUTE
Les négociations entre les repreneurs de La Redoute et les organisations syndicales sont dans une phase active, et ne soyons pas dupes, c’est le temps des pressions, des manœuvres et des menaces.

Il faut espérer que chacun fasse preuve de responsabilité pour assurer des conditions décentes aux salariés qui ont contribué à la richesse du groupe et pour garantir la pérennité de l’entreprise.

Il ne faut pas se tromper de responsabilité.

C’est Kering qui est responsable de l’état de La Redoute, c’est Kering qui a décidé de s’en séparer, c’est Kering qui dispose de moyens considérables.

Et les repreneurs, proches de Kering, ont la responsabilité de démontrer la viabilité de leur projet et celle de négocier un plan social dont, faut il rappeler cette évidence, les salariés sont en dernier ressort victimes et non bénéficiaires.

Les effets d’annonce sur un soi disant « jamais vu » du montant des mesures sociales proposées ne peuvent pas remplacer un chiffrage précis démontrant que cela prend en compte les demandes légitimes des salariés.

La cession et la sortie de Kering représentent pour l’entreprise et ses salariés un risque considérable, sa restructuration est un drame social.

La moindre des choses est que les salariés et leurs organisations syndicales disposent de garanties solides et précises.

Ils ont notre soutien et notre solidarité.

Ensemble, le pouvoir d’agir

15 mars 2014

Publicités