Lettre ouverte aux Associations d’usagers et aux syndicats des transports

Dans une Région qui fabrique de l’égalité, des transports pour tous, des marchandises hors de la route

À l’occasion des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, les militants Nord-Pas de Calais Picardie d’Europe écologie Les Verts, du Parti de Gauche-Front de Gauche, de Nouvelle Donne, de la Nouvelle Gauche Socialiste et de plusieurs collectifs de citoyens, ont décidé de se rassembler pour construire une alternative citoyenne, écologiste et solidaire pour notre région.
Notre projet est construit par et pour les habitants de la nouvelle grande région.
10 forums participatifs ont été organisés, et ont permis de recueillir plus de 850 propositions à partir desquelles nous avons élaboré notre programme.
Cette lettre ouverte que nous vous adressons aujourd’hui nous donne l’occasion de détailler les propositions de notre programme.

POURQUOI
Des super-TER toutes les 10 minutes entre Lille et le Bassin minier et quelques trains par jour, souvent en retard, pour le reste de la région ? Nous ne voulons pas de cette inégalité de traitement. Pour nous, où que l’on habite, que l’on soit riche ou pauvre, salarié ou pas… chacun doit pouvoir se déplacer dans la région selon ses besoins. Chacun doit pouvoir compter sur une alternative sûre, fiable et abordable à la voiture et respirer un air sain. Quant aux marchandises, il faut avoir le courage de les sortir de la route. Le train et la voie d’eau justement dimensionnée doivent nous libérer des files de poids lourds interminables, polluantes et dangereuses.

NOS SOLUTIONS
Pour répondre à ces deux objectifs, 1) se déplacer équitablement et déplacer des marchandises, et 2) ne pas polluer, ni localement (comme le diesel), ni globalement (en divisant par deux nos émissions de gaz à effet de serre en 2020), nous avons trois cibles alliées à une méthode :

• Première cible, doubler en 2020 de l’usage du TER (atteindre 300 000 voyages par jour) en le développant pour tous les usages et le rendant accessible aux jeunes et aux précaires grâce à la gratuité.
• Deuxième cible, développer l’intermodalité et l’éco-mobilité (pour le vélo, l’objectif est d’achever le réseau de 2 000kms de véloroutes et voies vertes).
• Troisième cible, le transport de marchandises, à optimiser sur la route, et à réorienter vers le ferroviaire et le fluvial.

Et notre méthode, ce sont deux principes d’efficacité et de transformation écologiques, à savoir la mobilisation optimale des ressources matérielles et humaines régionales et la valorisation des changements de comportement, à commencer au niveau de l’institution régionale.
Ces principes signifient que l’organisation des moyens existants prime sur de nouvelles infrastructures :

• L’amélioration du réseau existant et la nouvelle tarification pour développer le TER,
• les plans de déplacement au sein des entreprises et le covoiturage pour rationaliser l’usage de la route,
• et une pollutaxe régionale couplée avec l’innovation dans le secteur logistique pour réduire les déplacements, mieux remplir les véhicules et utiliser les modes propres.

• Des trains sur l’ensemble du territoire

Le coûteux projet de Réseau Express Grand Lille (REGL) entre Lille et le Bassin minier, qui ne profiterait qu’à quelques grandes villes, doit être abandonné. Nous investirons au contraire dans un plan de rénovation des lignes TER avec la création de trains à haut niveau de service partout dans la région.

• – Le développement de l’offre ferroviaire

L’offre ferroviaire entre Picardie et Nord Pas de Calais
Nous pensons qu’il faut travailler à l’amélioration des relations entre nos deux anciennes régions, même si le simple fait de fusionner deux territoires ne va pas entraîner subitement de nouveaux déplacements entre ceux-ci.
La liaison Lille – Amiens pourra être renforcée et la durée de trajet raccourcie avec la suppression de certains arrêts intermédiaires entre Arras et Amiens.
Nous proposons aussi le rétablissement de trajets directs Paris Amiens Lille desservant Creil.

La compétence des trains Intercités

Nous demanderons la compétence des dessertes TET Paris – Compiègne – St Quentin – Maubeuge ou St Quentin – Cambrai, et Paris – Amiens – Boulogne, sous condition d’un transfert à la Région de 1 centime de TICPE de la part de l’Etat par ligne cédée. Nous proposons de prolonger la desserte de Cambrai jusqu’à Lille et d’étudier avec la SNCB la desserte de Maubeuge prolongée à Erquelinnes, Namur, Liège.
Nous avons la volonté d’exploiter ces liaisons TET en THNS – Trains à Haut Niveau de Service – offre intermédiaire entre TGV et TER. Elle reposera sur un matériel roulant capable de rouler à une vitesse de pointe de 220km/h et offrant des services à bord tels que prises de courant, petite restauration et Wifi.

Les liaisons ferroviaires avec les régions voisines et avec la Belgique

Vers l’île de France, nous soutenons la liaison « Picardie–Roissy » : elle permettra de raccorder la Picardie (d’Amiens à Abbeville et au-delà à la côte, jusqu’à Boulogne) au réseau TGV et au bassin d’emploi de Roissy.
En ce sens, nous sommes favorables à l’électrification du tronçon Amiens Rang du Fliers, prévue dans les Contrats de Plan de nos deux régions actuelles.
Nous sommes bien évidemment favorables à la réalisation du saut de mouton sur la ligne LGV Nord qui permettra d’éviter le cisaillement et de faciliter la liaison avec Arras.
Pour les liaisons avec la Belgique, nous préconisons leur modernisation entre Lille et Tournai et Lille et Courtrai, et l’ouverture de la liaison entre Jeumont et Erquelinnes, puis vers Namur et Liège, en TER ou en TET. Cette question sera portée par le conseil régional, en y invitant directement la SNCB, puisque la compétence ferroviaire n’est pas décentralisée en Belgique. La gamme tarifaire sera dynamisée, et les titres, Trampoline en particulier, seront portés à la connaissance des usagers et distribués de façon cohérente et exhaustive : aux guichets, par Internet, sur tout type de distributeur.

• – La convention TER

La convergence entre les conventions TER existantes des deux régions Nord Pas de Calais et Picardie
En 2018, la clause de revoyure de la convention TER Nord Pas de Calais permettra de la faire converger avec celle de Picardie, notamment sur la clause de présence des agents.
Le suivi de l’application des conventions
Précisément, nous veillerons à l’application de la convention TER Nord Pas de Calais sur les personnels : en maintenant les effectifs et la présence des agents dans les gares et les trains, nous contribuerons à assurer la tranquillité des passagers.
La concertation avec les usagers des transports
Il existe en Nord Pas de Calais deux instances initiées par les élus du Rassemblement : les comités de ligne depuis 2003 et « l’instance de concertation régionale » instituée par la nouvelle convention 2015-2024. Elles seront étendues à l’ensemble de la grande région.
Les Comités de lignes permettent le dialogue direct entre usagers, SNCF et Conseil Régional, notamment via l’implication des conseillers régionaux présidents de Comités. Ils doivent être renforcés en sollicitant les établissements scolaires et universitaires et les élus locaux et en les consultant systématiquement pour et lors d’évolutions de desserte.
L’instance de concertation régionale associera les Autorités Organisatrices de la Mobilité, les associations d’usagers, généralistes, de PMR ou de cyclistes, ainsi que les organisations syndicales de cheminots. Elle se réunira au moins une fois par an.

• – L’accessibilité des personnes à mobilité réduite

Pour la mise en accessibilité des gares prioritaires (plus de 1000 voyageurs par jour ou desserte d’un établissement de PMR), l’objectif de mise à niveau ou de services de substitution est fixé à 2025. La priorité et les mesures du programme s’appuieront sur la fréquentation des gares et sur l’expertise des associations représentatives de la diversité des handicaps.
La mise en œuvre de ce programme sera accompagnée par une communication vers l’ensemble des usagers qui sera renouvelée chaque année.
Toutes ces mesures, techniques, de service et de communication, seront évaluées et ajustées d’année en année.

• Des trains abordables, gratuits pour les précaires

La Région doit offrir des transports et notamment le TER à un prix incitatif à l’ensemble des citoyens, où qu’ils se trouvent.
Nous développerons et généraliserons à toute la région la tarification sociale Solidari’TER et mettrons en place la gratuité pour les plus précaires et pour les moins de 26 ans.

• – Le TER à un prix incitatif pour l’ensemble des citoyens

L’harmonisation des tarifications attractives entre les deux anciennes régions
L’harmonisation des tarifications doit répondre effectivement et prioritairement à l’objectif d’attractivité globale du TER en attirant de nouveaux publics ou de nouveaux usages sans perdre les publics antérieurement ciblés, sauf solutions plus favorables pour eux : télétravail, etc.
L’évolution du tarif TER notamment pour les trajets occasionnels
La question des voyageurs occasionnels est essentielle et représente un nouvel horizon prometteur pour le TER. Il doit offrir des tarifs attractifs pendant les heures creuses et le week-end. Nous avons trois objectifs à cet effet :
• (cf. ci-dessus) instaurer une nouvelle gamme de tarifs pour les loisirs comme pour les déplacements professionnels, pour les familles comme pour les voyageurs individuels,
• étendre l’opération TER/MER – TER/Vert à l’ensemble de la région,
• instaurer un Pass week-end de découverte de la grande Région en train.

• – La gratuité pour les plus précaires et pour les moins de 26 ans

La tarification sociale Solidari’TER du Nord Pas de Calais (75% de réduction) sera étendu à toute la grande région et promue auprès de tous les publics éligibles et la gratuité sera instaurée pour les plus précaires.
De même, la gratuité pour les moins de 26 ans ouvrira le TER aux familles et permettra la mobilité des jeunes, pour étudier et pour chercher ou occuper un premier emploi.

• Développer l‘intermodalité et l’éco-mobilité

Nous encouragerons l‘intermodalité et les transports plus doux à chaque instant, le développement des plateformes de covoiturage et la pratique du vélo : véloroutes et voies vertes, garages à vélos gratuits et sécurisés, location de vélos longue durée.

• – Intermodalité

Les aménagements de gare
Les aménagements de gare seront définis en concertation avec les Autorités Organisatrices de la Mobilité et les associations d’usagers.
Les intermodalités train + vélo, train + voiture, train + transport public
Pour améliorer l’intermodalité, la carte PassPass sera généralisée en Nord Pas de Calais – Picardie pour tous les modes : TER + bus, TER + vélo, TER + voiture partagée ou covoiturage.

Une appli pour l’info mobilité : à l’appui de la carte PassPass, le système d’information voyageur régional tous modes sera développé, mis en ligne et accessible en application pour smartphone.
Nous préconisons également le développement des garages à vélos gratuits et sécurisés dans les gares, les stations de transport public et les parkings de covoiturage, accessibles avec la carte PassPass.
La coordination train-autocar
Si une complémentarité avec les autocars peut être recherchée, celle-ci ne devra s’appliquer qu’en cas d’absence d’offre ferroviaire ou lorsque le temps de parcours par la route est nettement réduit ou encore quand l’offre ferroviaire est marquée par plusieurs correspondances. En aucun cas, l’offre d’autocars ne devra se développer en concurrence avec l’offre ferroviaire. Nous ne sommes donc pas favorables à la fermeture de lignes.

• – L’incitation au changement pour l’éco-mobilité

Depuis 2002, la fréquentation du TER a augmenté de 40 %. Pour réduire l’engorgement et la pollution automobiles, dans la lutte contre le dérèglement climatique, c’est un bel acquis, mais il faut aller plus loin. Pour la mobilité, le climat et la santé, chacune et chacun doit pouvoir se déplacer « durable et actif » dans la vie de tous les jours pour aller d’un point A à un point B : train, vélo, marche, métro, bus, autocar et automobile en autopartage ou en covoiturage, sans oublier le télétravail… tel est notre bouquet de solutions en alternative à l’usage de la voiture en solo notamment pour la desserte des milieux ruraux et péri-urbains.
A chaque rentrée, pour de nouveaux usagers, l’opération Inci’TER : le train à l’essai pendant deux mois, un mois payé, un mois gratuit et un accompagnement au changement
Des plans de mobilité durable dans les entreprises et les écoles : en appui de la loi de transition énergétique, la Région aidera les entreprises, les administrations, les établissements d’enseignement – et en priorité les lycées – à organiser leur plan de mobilité entreprise
Des agences de mobilité durable et active seront créées avec les territoires, pour sortir de l’habitude automobile, favoriser et conseiller l’usage du vélo et de la marche, de tous les transports en commun et de la voiture partagée.
Booster le covoiturage et l’autopartage : le Conseil Régional sera pilote de la coordination des actions pour le covoiturage et l’autopartage : parkings de regroupement, applis, facilités de stationnement à l’arrivée.

• – La région Nord Pas de Calais – Picardie, terre du vélo et de la mobilité active tous les jours

L’autonomie, la mobilité et la santé au quotidien, c’est pouvoir se déplacer en sécurité dans l’espace public, à pied, à vélo ou en fauteuil pour les personnes à mobilité réduite. C’est ce qui est offert par les itinéraires vélos régionaux qui desservent les cœurs de villes.
Le Conseil Régional sera en tête du peloton pour la mobilité active avec les territoires, en développant les véloroutes et voies vertes et le tourisme à vélo, les parkings sécurisés pour les vélos et en soutenant les plans de mobilité active pour les élèves et des étudiants.
• 100 km de véloroutes et voies vertes par an :
. Achèvement de la véloroute du littoral (EuroVélo 4)
. Achèvement de la véloroute Paris – Saint Quentin – Maubeuge (EuroVélo 3)
• Tourisme à vélo : les territoires seront soutenus pour l’implantation de relais vélos et les hébergements accueillants aux cyclistes seront promus par un « label vélo ».
• PassPass parking vélos – la carte PassPass offrira l’accès aux abris vélos sécurisés.
• Soutien spécifique aux plans de mobilité durable avec indemnité kilométrique vélo

• Repenser le transport de marchandises

Nous mettrons en place une taxe régionale sur les poids lourds de façon à inciter et à financer le transport alternatif par péniches et trains, et la Région s’impliquera dans la coordination logistique.

• – Avec la pollutaxe poids lourds, la Région équitable et responsable du changement énergétique

Une pollutaxe poids lourds régionale ne sera pas une charge supplémentaire, mais un transfert de charges : elle permettra au Conseil Régional de financer le transport ferroviaire dont le TER, la voie d’eau et toutes les mobilités durables et sera source d’économies pour leurs usagers.
La pollutaxe financera le programme Inci’TRANS pour organiser le transfert modal avec les professionnels de la logistique, de la route vers le fret ferroviaire ou fluvial, ou encore d’amélioration de la performance environnementale des transports routiers :
• Aide au changement de pratiques des acteurs de toute la chaîne
• Formation initiale et professionnelle à la logistique ferroviaire et fluviale des professionnels du
transport et de leurs clients du commerce et de l’industrie.

• – La Région impliquée dans le transport des marchandises

Sortir du tout routier
L’échange de marchandises fonde les activités économiques, et le camion est devenu la solution de facilité mais, il représente une source de pollution locale et d’émission de gaz à effet de serre. Le développement des solutions logistiques alternatives performantes sera poursuivi et les entreprises seront accompagnées et leurs personnels formés pour le changement de leur chaîne logistique.
Schéma régional logistique
Le Schéma régional logistique définira la qualité des infrastructures et des nœuds de transport, des matériels, des installations et la coordination des pôles logistiques.
Développement du fret ferroviaire
Liaison transfrontalière Valenciennes – Mons
Desserte ferroviaire du Port de Calais
Création d’une Rocade ferroviaire Nord-Est Le Havre-Amiens-Chalons.
Préservation et valorisation des installations de fret ferroviaire stratégiques
Développement du fret fluvial
Le développement du fret fluvial est une chance pour notre région, mais cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix. Le Canal Seine Nord, pour l’instant trop cher et à l’impact environnemental considérable, doit être remis à plat.
Une consultation citoyenne doit être mise en place afin que les habitants du Nord Pas de Calais – Picardie puisse décider l’avenir de ce projet.
Des transports de marchandises mieux coordonnés
La performance des solutions logistiques suppose aussi des innovations dont ce secteur d’activité est encore en demande dans la région.
La Région continuera de soutenir l’innovation dans le secteur logistique pour favoriser l’émergence de « l’infogistique », alliant proximité de la production (circuits courts), réduction des déplacements et remplissage des véhicules.

EN CONCLUSION

Le train d’abord est au cœur de la stratégie du Rassemblement pour la mobilité régionale. Le train combiné avec tous les autres modes pour un trajet complet, fluide et sécurisé d’un point A à un point B.
Le train accessible à toutes les bourses, mais aussi un train attractif pour tous : pour le travail comme pour les loisirs, en solo, avec ses amis, ses collègues ou sa famille, la semaine comme le week-end.
Avec la voie d’eau, le train également revalorisé pour les marchandises, avec une réorganisation de l’ensemble de la chaîne logistique.
Comme mode actif, le vélo offre aussi un potentiel de mobilité insoupçonné pour les habitants de la région : au quotidien mais aussi pour de longues distances combiné avec le train, et pour le loisir ou le tourisme, sur les itinéraires de véloroutes voies vertes.
Enfin, la Région doit être au cœur des changements de comportement, en accompagnant les personnes, les entreprises et les professionnels du transport et en les faisant témoigner, pour expérimenter de nouvelles solutions et instaurer une mobilité durable.

Sandrine Rousseau
Candidate du Rassemblement “Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire”

Publicités