Lettre ouverte aux étudiants et à leurs familles

À l’occasion des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, les militants Nord-Pas de Calais Picardie d’Europe écologie Les Verts, du Parti de Gauche-Front de Gauche, de Nouvelle Donne, de la Nouvelle Gauche Socialiste et de plusieurs collectifs de citoyens, ont décidé de se rassembler pour construire une alternative citoyenne, écologiste et solidaire pour notre région.

Notre projet est construit par et pour les habitants de la nouvelle grande région.

10 forums participatifs ont été organisés, et ont permis de recueillir plus de 850 propositions à partir desquelles nous avons élaboré notre programme.

Cette lettre ouverte que nous vous adressons aujourd’hui nous donne l’occasion de détailler les propositions de notre programme.

La région Nord-Pas de Calais Picardie est une grande région étudiante, comptant plus de 209 000 personnes inscrites dans 39 établissements d’enseignement supérieur (8 universités publiques, 30 grandes écoles, 1 institut catholique). Nos Universités ont réussi à relever le défi de la démocratisation de l’enseignement supérieur, doublant en 20 ans le nombre d’étudiants accueillis, avec des moyens quasiment constants. L’offre de formation supérieure y est dense et diversifiée, ouvrant à un large éventail de métiers et de débouchés professionnels.

C’est aussi un des territoires français comptant le plus de boursiers sur critères sociaux (près de 67 000, soit quasiment un étudiant sur trois)… et le moins de logements en résidences CROUS (14 000 places).

Face à ces constats, les enjeux de qualification, de formation, mais surtout d’émancipation et d’autonomisation des jeunes sont ici encore plus lourds qu’ailleurs.

On le sait, les conditions de vie influencent de manière considérable la réussite dans les études. Un étudiant qui devra passer plus de 45 minutes de trajet matin et soir entre son domicile et son lieu d’études aura bien moins de temps à consacrer à ses études et à d’autres activités qu’un étudiant logé à proximité du site de formation. Dans un autre registre, un étudiant qui ira régulièrement au concert, au spectacle, voir une exposition ou un film disposera de ressources culturelles indispensables à sa réflexion et à la consolidation de ses connaissances.

On sait également que le risque de chômage diminue au fur et à mesure de l’élévation du niveau de diplôme. Dans une région où le taux de demandeurs d’emploi est un des plus élevés, il est essentiel d’accompagner la réussite des jeunes dans leurs études, et de faciliter pour tous l’accès aux études supérieures.

Si la Région n’a pas compétence à intervenir directement dans les cursus et l’organisation des études, elle peut et doit intervenir dans ce qui conditionne la vie et la réussite étudiante.

Notre programme dans ce domaine s’articule autour de 3 principales finalités.

  • Encourager et favoriser l’autonomie des étudiants, leur émancipation.

Nous voulons faciliter la « décohabitation » en développant l’offre de logements étudiants, partout sur le territoire Nord-Pas de Calais Picardie. L’enjeu est bien sûr que les jeunes s’autonomisent progressivement et puissent choisir leur cursus non plus en fonction des études proposées à proximité du domicile familial, mais bien en fonction de leurs aspirations et de leur projet professionnel. Pour ce faire, nous soutiendrons la construction de 10 000 nouveaux logements sociaux étudiants d’ici 2021 et nous aiderons le CROUS à accélérer la réhabilitation des anciennes résidences. Nous apporterons notre soutien aux projets innovants en matière de logement étudiant, fondés notamment sur la mixité des publics, sur la vie sociale à l’intérieur des résidences, sur des tiers lieux et autres initiatives pour une meilleure alimentation au quotidien.

Nous mettrons en place un cadre de discussion, en vue d’établir un schéma régional du logement étudiant (avec objectifs chiffrés à court et moyen terme), impliquant étroitement les collectivités concernées, les étudiants, le CROUS, les bailleurs sociaux, les universités.

Pour lutter contre la précarité économique, nous poursuivrons et amplifierons les contrats étudiants financés depuis 2013. L’objectif de ces contrats est de permettre aux étudiants d’exercer un « petit boulot » sur le campus, quelques heures par semaine, sans que cela ne mette en péril la poursuite de leurs études. L’expérimentation menée depuis deux ans en Nord-Pas de Calais a rencontré un succès immédiat et permis d’établir environ 700 contrats par an. Pour le jeune, cet apport de revenu facilite le bouclage de la fin de mois, tout en exerçant une activité rémunératrice en lien avec ses études ; pour l’université, cela permet d’améliorer les services rendus et la qualité de vie sur les campus.  Nous développerons ce dispositif à l’échelle de l’ensemble de la grande région, en multipliant par 5 les moyens donnés aux Universités pour recruter et rémunérer les étudiants.

Nous créerons le parcours sécurisé de l’étudiant, sur les fonctions essentielles de logement, d’alimentation, de santé, d’insertion professionnelle, de culture et d’activités sportives. Les démarches seront facilités et l’information accrue, afin d’aider les étudiants – en priorité les plus modestes – à y accéder. En matière de santé et de prévention, notre volonté est que davantage de moyens soient donnés aux SUMPPS (Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé), pour qu’ils puissent développer leurs actions sur l’ensemble du territoire régional. Nous soutiendrons l’implantation de centres de santé et la mutualisation des moyens entre établissements, afin de faciliter l’accès de tous les étudiants à la médecine spécialisée.

  • Développer une politique d’égalité dans la réussite

L’enseignement supérieur s’est démocratisé, et permet aujourd’hui à de nombreux jeunes d’accéder à l’université ou à une grande école. Mais le décrochage dans les premières années reste important et la réussite n’est pas toujours au rendez-vous, loin de là. Ils sont encore trop peu nombreux les jeunes issus des classes moyennes ou modestes à accéder à un master ou à un diplôme équivalent. Au-delà de l’égalité des chances, il faut développer l’égalité dans la réussite.

Pour lutter contre le décrochage à l’université, nous développerons les dispositifs d’accompagnement des premières années d’étude (tutorat, soutien méthodologique, orientation …), et encouragerons les établissements à développer des passerelles entre les cursus et à faciliter les réorientations éventuelles. Le PRREL – Programme régional de réussite en études longues, sera renforcé, pour l’ouvrir à davantage d’étudiants. Dans ce cadre, des moyens accrus seront consacrés au développement du Diplôme Universitaire (DU) à l’issue de l’année 0. Cette année de transition entre le lycée et l’université  permet à des jeunes bacheliers des filières technologiques ou professionnelles de remettre à niveau leurs connaissances et de préciser leur projet d’orientation.

L’information des lycéens et de leurs familles sera développée, bien avant les procédures d’inscription, afin de mieux éclairer les choix d’orientation, via par exemple l’organisation de  rencontres avec des étudiants ou la « labellisation » des salons de l’étudiant.

Les déterminants sociaux conditionnent encore trop souvent les choix d’orientation et d’étude. Pour lutter contre ce phénomène, nous développerons le soutien aux initiatives menées dans les lycées afin d’identifier et d’accompagner les jeunes qui en ont le potentiel vers les études supérieures ou la préparation des concours de grandes écoles.

Nous continuerons à promouvoir l’ouverture internationale, en favorisant les séjours à l’étranger, dans le cadre des études ou d’un stage, en facilitant la pratique des langues étrangères, en permettant des séjours courts en début de cursus, puis des séjours plus longs en L3 ou en Master. A cette fin, nous doublerons le nombre de bourses de mobilité (Bourses Blériot pour les étudiants, mobilité des doctorants, des jeunes chercheurs …), pour les porter à 4 000 par an.

  • Promouvoir des campus à la pointe de la transition énergétique et écologique

Lieux d’études, de travail et de vie, les campus réunissent plusieurs milliers de personnes chaque jour, qui se déplacent, se restaurent, se logent, suivent des cours, mènent des recherches, font fonctionner l’université, etc.  Les campus du Nord-pas de Calais Picardie, ce sont des centaines de bâtiments, des milliers de kilomètres de réseaux, des dizaines de milliers de personnes … Un terreau extraordinaire pour imaginer la ville de demain, former les futurs experts, expérimenter grandeur nature les innovations issues des laboratoires de recherche. C’est une répartition territoriale que nous souhaiterions maintenir.

Dans le cadre de la Troisième révolution industrielle, nous accompagnerons activement la démarche Universités Zéro carbone, portée par la communauté universitaire, en soutenant la mise en œuvre des projets d’éco-rénovation des bâtiments, de mobilité, d’énergie renouvelable, de réseaux intelligents, de gestion des espaces verts, d’innovations pédagogiques, etc.

La feuille de route de la démarche compte déjà plus de 50 projets, qui nécessitent d’être accompagnés, dans leur formulation, dans leur montage, dans la recherche des financements. Nous développerons cette mission pour l’étendre aux établissements de Picardie et leur permettre d’intégrer eux aussi cette ambition.

Nous veillerons particulièrement à ce que les étudiants et les personnels soient pleinement associés à cette dynamique, en ouvrant des appels à projets spécifiques et en les incitant à s’y impliquer.

La politique régionale en matière d’enseignement supérieur n’a pas seulement pour but de répondre aux besoins socio-économiques ou au rayonnement de notre territoire. Sa vocation première doit d’abord être de faciliter l’émancipation et la formation du citoyen, d’accompagner les jeunes ainsi que les adultes dans leur parcours, en ouvrant des perspectives d’avenir et d’épanouissement.

Persuadée que vous partagez pleinement cette ambition, je suis à votre disposition, ainsi que l’ensemble des candidats du Rassemblement pour en discuter avec vous et approfondir nos échanges.

Sandrine Rousseau
Candidate du Rassemblement “Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire”

Publicités