Lettre ouverte aux membres de la communauté lycéenne

À l’occasion des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, les militants Nord-Pas de Calais Picardie d’Europe écologie Les Verts, du Parti de Gauche-Front de Gauche, de Nouvelle Donne, de la Nouvelle Gauche Socialiste et de plusieurs collectifs de citoyens, ont décidé de se rassembler pour construire une alternative citoyenne, écologiste et solidaire pour notre région.

Notre projet est construit par et pour les habitants de la nouvelle grande région.
10 forums participatifs ont été organisés, et ont permis de recueillir plus de 850 propositions à partir desquelles nous avons élaboré notre programme.

Cette lettre ouverte que nous vous adressons aujourd’hui nous donne l’occasion de détailler les propositions de notre programme.

Pour présenter les grandes orientations de notre programme en faveur de la communauté lycéenne, nous avons choisi de nous adresser à l’ensemble de ses membres : personnels, parents et élèves. La région Nord-Pas-de-Calais-Picardie sera la région la plus jeune de France (2 habitants sur 5 ont actuellement moins de 29 ans). Ses élus auront sous leur responsabilité de très nombreux domaines, comme la gestion matérielle des lycées, la politique de l’apprentissage, la carte des formations supérieures et l’orientation.

Or, le système éducatif, dans notre grande région, est confronté à des difficultés réelles, qui entravent la réussite scolaire de nombreux jeunes : décrochage scolaire, inégalités sociales, disparités géographiques,… Nous devons donc être à la hauteur de ces enjeux.
Notre région a déjà des atouts pour remporter le défi de la réussite pour tous. De nombreux dispositifs ont déjà été mis en place en Picardie et en Nord-Pas-de-Calais : soutien aux activités sportives et culturelles, aides à la mobilité internationale,… Nous proposons de les amplifier et de les faire connaître davantage aux lycéens pour qu’ils puissent en bénéficier. C’est également à Calais qu’a été construit le tout premier lycée à haute qualité environnementale, sous la présidence écologiste de Marie-Christine Blandin.

1) Un cadre sain, durable et agréable pour les lycéens et les personnels.

Dès leur construction, les lycées doivent répondre à des critères environnementaux stricts (matériaux utilisés, économies d’énergie…) et avoir une très haute qualité environnementale. Un vaste plan de rénovation thermique des lycées existants sera une priorité régionale. C’est une question essentielle pour préserver notre santé , limiter le dérèglement climatique mais aussi réduire les charges qui pèsent sur les lycées.
Nous devons amplifier la lutte contre les éventuels gaspillages d’eau, d’aliments et d’énergie. La gestion des déchets fera l’objet d’une vigilance commune : recyclage, réduction des déchets, politique de réemploi, installation d’unités de compostage… Les personnels et les élèves seront sensibilisés à ces questions.

Le nettoyage des locaux doit être effectué avec des produits sans nocivité, et l’entretien des espaces verts dans les lycées et CFA doit être effectué sans pesticides.

Un « Agenda 22 Accessibilité Handicap » permettra de faire en sorte que tous les lycées soient intégralement accessibles aux personnes en situation de handicap, au plus vite.
Nous créerons des zones blanches sans ondes électromagnétiques dans les lycées et CFA. Nous accroîtrons le développement des connexions internet par le biais du filaire.
Nous instaurerons une alternative végétarienne à chaque repas dans les cantines des lycées (avec formation des personnels de restauration). Nous mettrons en place une centrale publique d’achat régionale pour regrouper les commandes des lycées. Nous voulons qu’à terme, 50 % des repas soient composés d’aliments bios issus de l’agriculture locale.

Nous promouvrons la création de potagers et l’installation de ruches dans les lycées. Nous alignerons les régimes des TOS des lycées au mieux-disant.

2) De meilleures conditions de vie et d’études pour les lycéens

De nombreux lycéens viennent à leur établissement en train ou en bus. Nous souhaitons la gratuité de tous les trains régionaux pour les moins de 26 ans, et la gratuité des transports scolaires. Nous veillerons également à ce que les transports en commun soient bien présents sur l’ensemble du territoire, et à ce que les horaires des trains régionaux soient bien respectés. Un renforcement de la présence humaine dans les gares et les trains permettra de garantir la sécurité de ces lieux. Par des mesures concrètes, nous encouragerons également les déplacements en co-voiturage ou à vélo.

Nous développerons des partenariats internationaux dans tous les lycées. Nous maintiendrons, amplifierons et développerons les systèmes de bourses de mobilité internationale, pour des échanges linguistiques, des séjours d’études et des stages à l’étranger.

Nous créerons un chèque sport pour favoriser l’inscription des lycéens et apprentis en club. Nous développerons les aides à la résidence, à la création et aux projets locaux dans les lycées. L’accès des lycéens à la culture sera financé et facilité.

Nos élus participeront activement aux instances de concertation dédiées avec la jeunesse, comme les Conseils Académiques de Vie Lycéenne ; et ils seront à l’écoute des besoins précis des personnels et des lycéens.

A tout âge, l’accès à la santé est primordial. Nous impulserons une politique de lutte contre les addictions, et de prévention du suicide chez les jeunes. Nous faciliterons l’accès à la contraception masculine et féminine dans l’ensemble des lycées et CFA de la région. Nous renforcerons l’accès à l’IVG sur l’ensemble du territoire régional, en subventionnant l’achat d’échographes et la création d’unités fonctionnelles.

3) Une politique éducative efficace et citoyenne, pour la réussite de chaque élève.

Nous favoriserons les actions d’éducation au développement durable, ainsi qu’à la connaissance de notre patrimoine naturel.

Notre patrimoine linguistique sera également l’objet d’une attention soutenue : nous impulserons une politique d’initiation et d’approfondissement en langues picarde et flamande.

Nous nous engageons dans la lutte contre toutes les discriminations, en partenariat avec les associations grémentées par le ministère de l’Education nationale et/ou par les recteurs de la grande région. Nous participerons à la sécurisation du fonctionnement et des emplois de ces associations.

Nous étendrons les dispositifs de tutorat par les pairs afin d’accompagner les lycéens et étudiants dans leur réussite.

Nous favoriserons les relations entre l’Education nationale et les associations d’éducation populaire et/ou d’aide aux élèves en difficulté.

Nous lancerons un plan régional d’envergure pour lutter contre l’illettrisme, par l’accès à la formation, la promotion de la lecture et le soutien aux initiatives culturelles en ce sens.
Nous soutiendrons également les associations d’accompagnement aux migrants et aux réfugiés qui aident les lycéens et leurs parents à maîtriser davantage la langue française.
Nous développerons les écoles de la seconde chance pour lutter contre le décrochage scolaire

Les structures d’orientation de proximité doivent être maintenues sur l’ensemble du territoire. Nous déploierons ainsi un service public régional de l’orientation, notamment ouvert aux métiers de la transition écologique et sociale.

4) Une gestion transparente et participative, au service de toute la région.

Nous considérons que l’éducation doit être une priorité régionale, et les moyens financiers qui lui sont alloués par la région ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de l’austérité. Il faut continuer à donner aux fonctionnaires territoriaux et d’Etat les moyens d’accomplir leur mission avec grand professionnalisme. Cela nécessite une gestion transparente, efficace et participative de l’argent public.

Nous nous engageons à coopérer étroitement avec les représentants des personnels (syndicats), des parents et des lycéens, ainsi qu’à nous tenir à l’écoute des collectifs locaux qui nous alerteraient sur des problématiques sociales ou environnementales liées aux lycées.

Nous étendrons le budget participatif des lycées à l’ensemble des établissements. Il permet à la communauté éducative de décider ensemble, après concertation et vote, des choix d’équipement et de rénovation dans leur établissement.

Nous créerons une plate-forme numérique régionale d’accès à l’ensemble des données de la Région en open data, et nous privilégierons systématiquement l’utilisation de logiciels libres au sein des lycées de la région.

Il serait inconcevable que la grande région soit uniquement gérée depuis Lille : le service public de l’éducation et son administration territoriale doivent être présents dans toute la grande région, y compris à Amiens.

Par ailleurs, nous aménagerons un plan régional de formation qui assure un ensemble de formations équitablement réparti sur tout le territoire et diversifié. En complément, nous assurerons une aide à la mobilité régionale pour les lycéen-ne-s, notamment par le biais de la gratuité des trains régionaux.

Nous respecterons la loi relative au financement des lycées privés, mais mettrons un terme aux subventions extralégales accordées aux établissements privés, qui ont actuellement un budget moyen de 30% supérieur à celui des lycées publics.

Nous favoriserons le maintien des enseignants dans la grande région, par une politique d’accueil, d’aide et d’accompagnement envers les personnels nouvellement arrivés et les étudiants des métiers de l’enseignement.

5) Faciliter l’insertion des jeunes dans le monde professionnel.

Les perspectives professionnelles des lycéens doivent être nombreuses et diverses. Nous encouragerons les formations orientées vers l’emploi de qualité, durable et non-délocalisable, dans les domaines d’avenir : carrières sanitaires et sociales, énergies renouvelables, transports doux, agriculture paysanne, filière forêt-bois, tourisme rural, maritime, culturel et patrimonial.

Nous ouvrirons davantage de places dans les formations aux métiers du sanitaire et du social.

Nous apporterons une aide financière et technique à la création d’entreprises innovantes, dans le cadre de l’entrepreneuriat social, écologique et coopératif.

L’apprentissage ne doit pas être une filière suivie par défaut, mais un véritable choix de l’élève qui lui permette de suivre une formation de qualité en établissement et en entreprise. Nous soutiendrons les filières d’apprentissage des métiers verts et développerons les passerelles et possibilités de reprise d’études en apprentissage. Nous veillerons également aux conditions de travail des apprentis.

Les lycéens sont notre avenir, et ils constituent l’une des grandes forces de notre région : nous devons leur assurer des conditions d’études motivantes, et leur donner des perspectives pour leur insertion professionnelle. La région, par son implication dans la bonne gestion des lycées, doit être à la hauteur du professionnalisme des personnels éducatifs, du dévouement des familles et de l’investissement des lycéens.

Sandrine Rousseau
Candidate du Rassemblement “Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire”

Publicités