Démocratie participative

Il ne suffit pas de clamer concertation et proximité, comme le fait l’équipe municipale. Il faut aussi des méthodes (informer clairement, établir un processus de travail lisible et ouvert…)
qui permettront d’établir des dialogues de qualité pour construire l’intérêt général.

La démocratie participative ce n’est pas l’addition de contacts individuels, c’est une posture de bienveillance et de coopération qui accepte que les habitants construisent des
démarches collectives, qui reconnaisse leurs compétences et leur légitimité, pas qui installe la défiance et la méfiance.

À ce titre là, tout le monde perd et c’est Roubaix qui perd. Puissent les conseils citoyens apporter de l’espoir et du respect.

Myriam Cau, Slimane Tir
pour le groupe “Ensemble, le pouvoir d’agir”

Février 2016

Publicités