JADOT LA FRANCE VIVE

Présentation des premières mesures des écologistes pour l’élection présidentielle 2017

Les Françaises et les Français peuvent décider au printemps 2017 que demain sera mieux qu’aujourd’hui. Il suffit d’oser !

Il y a urgence car notre pays est au bord de la rupture. Il est pris d’une inquiétante tentation du vide –ou du pire. Il glisse vers le repli nationaliste et le rétrécissement identitaire, le rejet et la haine de l’autre. Le débat politique lui-même s’affaisse, surjouant les simplifications, forgeant des boucs émissaires pour justifier tous les renoncements. La France souffre de ne plus avoir de projet partagé collectivement. Cela dégénère en un sauve-qui-peut généralisé qui pourrait très mal finir.

Malgré les discours et les tentatives trop frileuses, les gouvernements qui se succèdent nient la réalité qui nous percute brutalement : notre modèle de développement remet en cause les conditions mêmes de vie et de survie sur la planète. Il provoque bouleversements climatiques, nouvelle extinction de masse des espèces vivantes, épuisement des ressources et explosion des maladies liées à l’environnement. Il maltraite les animaux comme nous nous maltraitons nous-mêmes. Il génère une concentration des richesses sans précédent, avec pour corollaire l’aggravation des inégalités, le chômage, la précarité et les maladies psychosociales.

Rentiers de ce vieux monde, les dirigeants politiques de droite comme, trop souvent, de gauche, ne veulent rien lâcher. À vouloir sauver leur passé, ils sacrifient notre futur. Les Français sont en état de légitime défiance.

Pourtant, rien n’est encore joué. Les Françaises et les Français
peuvent décider d’un tout autre scénario et s’offrir un avenir qui nous fasse du bien. Partout dans notre pays, en ville et à la campagne, dans les associations, les entreprises, les centres
de recherche et les institutions, une multitude d’initiatives et
d’expériences apportent déjà des réponses aux défis auxquels
nous sommes confrontés, construisent aujourd’hui le monde de demain, inventent un vivre et un faire ensemble qui répare la
société, prend soin des femmes, des hommes et de la nature,
tisse de nouvelles solidarités et revitalise la démocratie.

Le projet que nous portons est immense et exaltant : réformer
les institutions pour déverrouiller la démocratie, casser les rentes pour libérer l’économie, dépasser les conservatismes et les corporatismes pour débloquer la société. Bref, faire sauter les digues qui empêchent cette révolution silencieuse d’irriguer la société, enrichir la démocratie partout où elle peut être efficace, là où elle permet de retrouver notre dignité, la maîtrise de nos vies et les leviers du changement.

Notre projet est un vote d’adhésion et d’espoir, c’est un vote d’action et de réconciliation avec la politique et l’action publique. Un vote qui tourne la page du vote par défaut, du vote de colère ou de renoncement.

Notre projet, c’est « la France Vive ». Il est constructif et positif, bienveillant et exigeant, pragmatique et visionnaire : l’écologie se met au service de la France tout entière.

La grandeur de la France et sa place dans le monde occupent tous les esprits. Le sujet de sa vie et de sa survie est encore plus prépondérant. La France Vive est un appel à la vie, un appel à ce qu’il y a de plus fondamental pour toutes et tous. La France Vive, c’est la France en vie.

Le pire ennemi de notre société est devenu l’immobilisme. La politique doit cesser de cultiver le passé –et de le financer : la France n’est pas un musée ! Les politiques publiques qui détruisent les emplois, abîment l’environnement et notre santé,
c’est terminé ! Face aux insécurités anciennes et nouvelles, nous
créerons de nouvelles sécurités, individuelles et collectives.

La France Vive est une célébration des forces vives de notre pays et de la vivacité de chacun au bénéfice de toutes et tous. Une France généreuse et ouverte, une France de la création et de l’innovation. C’est la France de demain, celle que nous lèguerons à nos enfants. Une France qui libère l’énergie de la jeunesse, l’entrepreneuriat et l’initiative. Une France qui redonne vie à l’Europe et contribue à l’épanouissement du monde.

« Vive la France » est la phrase qui conclut tous les discours
politiques. « La France Vive » n’est pas une conclusion, c’est
le point de départ d’une nouvelle page de notre histoire.

ci-dessous le lien pour la présentation intégrale.

http://eelv.fr/…/La-France-vive-proposition-de-Yannick-Jado…

La dureté des conditions d’existence

La dureté des conditions d’existence de beaucoup de Roubaisiens ne doit pas nous conduire à fermer nos cœurs, nos portes et notre intelligence aux enjeux du monde.
Le mal logement sévit, des personnes dorment à la rue, le 115 est saturé, réfugiés et roms luttent pour survivre et conserver leur dignité. Nous sommes riches car nous pouvons aller à l’école, être soignés, car nous vivons dans un pays démocratique.

Puisse cette fin d’année, nous donner l’énergie des combats collectifs et altruistes au service de l’homme et de la planète…

Myriam Cau, Slimane Tir, Tounès Rahim
pour le groupe “Ensemble, le pouvoir d’agir”

Janvier 2017

Menaces sur la biodiversité

La population de vertébrés a chuté de 58% en 40 ans. De nouvelles espèces sont en voie de disparition. En France aussi, la biodiversité animale est menacée.
A la destruction des écosystèmes et la pollution s’ajoute notre modèle alimentaire. L’agriculture est la cause de 80% de la déforestation mondiale, pèse 70% de la consommation d’eau. Il est aussi nocif pour le climat représentant 30% de l’impact carbone français.
Pourtant des solutions existent à chaque niveau : une France 100% énergie renouvelable est possible à horizon 2050, entraînant économies budgétaires et un potentiel de 700 000 emplois.
La COP22 à Marrakech doit être celle des engagements concrets. En prenant en compte par exemple, la question des océans et des transports, sans laquelle cette volonté commune est vouée à l’échec ; en affirmant justice et solidarité climatiques, envers les pays les plus pauvres, très vulnérables alors qu’ils contribuent marginalement au changement climatique.

Tounes RAHIM, Myriam CAU, Slimane TIR
pour le groupe “Ensemble, le pouvoir d’agir”

décembre 2016

Vivre ensemble

Il est remarquable que le tissu social, la solidarité résistent dans notre cité malgré ses difficultés sociales et économiques, mais pour combien de temps encore ? Les incivilités, la dégradation de la confiance dans les institutions, la colère désordonnée à l’égard des biens et des agents publics, l’attraction des illusions violentes pour certains jeunes : de quoi tout cela est-il le nom ? La baisse, voire la fin des Fonds de Participation des habitants décidés par le Maire après celle des financements associatifs ne peut qu’accélérer la détérioration du climat social. Il y a urgence. Rétablir ces moyens est la seule attitude responsable.

Slimane Tir, Myriam Cau
pour le groupe “Ensemble, le pouvoir d’agir”

novembre 2016