Les contrats aidés

La brutale annonce par le gouvernement du président MACRON de la réduction massive des emplois aidés et cela sans concertation et sans évaluation partagée de leur utilité a sidéré. Roubaix est durement touché. Le délicat travail pour l’accès à l’emploi de ceux qui en sont le plus éloignés est massacré, les titulaires de ces emplois seront renvoyés au chômage.
Les associations roubaisiennes qui les emploient vont perdre des moyens, des actions socialement utiles arrêtées. Il faut préserver ces emplois dans les quartiers prioritaires de la Politique de la Ville.
Les députés du secteur doivent rendre compte de leur action pour supprimer cette mesure de la Loi de Finances 2018.
Mais il faut aussi que la municipalité n’aggrave pas le mal. Elle doit au minimum maintenir en 2018 les subventions aux associations et clubs sportifs. Elle doit examiner la situation des associations en difficulté suite aux baisses déjà enregistrées ou au retrait sur les contrats de ville.

Christian Carlier, Myriam Cau, Slimane Tir, Tounès Rahim
pour le groupe “Ensemble, le pouvoir d’agir”

RoubaixXXL – Novembre 2017

Publicités

Délibération 287 Stratégie Ville Nourricière

L’étude commandée par la ville et rendue par le cabinet Auxilia est très intéressante et complète.
Des questions restent cependant ouvertes, que nous n’avons pas pu poser en commission, de nombreux schémas notamment restent difficiles à interpréter sans explication. Je voudrai donc d’abord vous demander, s’il serait possible d’en avoir une version rédigée ou plus explicative. D’ailleurs, au vu de l’intérêt de ce sujet pour tous les roubaisiens ce serait bien de le rendre accessible en ligne sur le site de la Ville.
Sur le fond, nous soutenons la stratégie de ville nourricière.
Avec ce travail, Roubaix se situe aujourd’hui dans la lignée des villes qui, comme Rennes, Albi, Ungersheim ou Grande Synthe, travaillent sur la question de l’autonomie alimentaire. Paris également a beaucoup avancé à travers sa dynamique de Ville résilientecar très sensible aux risques et aléas liés à l’approvisionnement alimentaire. Il est acquis qu’en cas de rupture d’approvisionnement les réserves alimentaires des villes permettent de ne tenir que quelques jours, 3 jours à Paris par ex.
Faire de Roubaix une ville nourricière et fertile est un bel objectif, un premier pas sur une trajectoire qui devrait viser à sécuriser notre autonomie alimentaire et à améliorer le bien-être des roubaisiens.
C’est aussi un beau défi eu égard aux enjeux de précarité sociale mais aussi aux contraintes liées à la densité urbaine et aux séquelles industrielles laissées à notre ville.
Une forte attention semble avoir été portée à la question de la pollution des sols, un travail essentiel dont on voit bien qu’il n’existe pas de solution miracle, mais un principe de précaution dont il faut positionner le curseur. La population n’a pas ce réflexe, ce qui ne se voit pas reste difficile à appréhender. Nous souhaitons que ce travail soit poursuivi plus largement, en termes de suivi des solutions retenues selon les pollutions constatées, de recherche de procédés innovants, et aussi en termes de sensibilisation de la population.
L’objectif concret de la stratégie ville nourricière vise à nourrir 10% de la population avec au moins 50% de production locale.
Au-delà, nous aimerions que vous envisagiez la proposition d’associer les familles disposant d’un jardin ou d’une cour pour les inclure à cette dynamique, afin de démultiplier l’autoconsommation par les familleset une meilleure qualification des jardiniers amateurs.
D’autres part, il serait intéressant d’avoir des objectifs plus précis qui soient ambitieux pour les cantines scolaires en production locale mais aussi plus globalement en bio.
L’étude mentionne de nombreux objectifs positifs attendus de ce travail, je voudrai en souligner un parmi d’autres qui consiste à augmenter la présence de nature et de végétal en ville.
La politique de récupération foncière pour des usages agricoles urbains doit être une priorité, tant l’amélioration des fonctions et des ambiances urbaines peut être améliorée. Le cas du délaissés urbains, situé à l’angle Lannoy St Hubert est un bel exemple que vous avez retenu mais il serait bien de prioriser les espaces liés aux ensembles HLM qui n’ont pas souvent de vocation bien définie et peu de qualité, et d’impliquer les bailleurs à cela.
Enfin je voudrai vous inciter à aller plus loin avec 2 propositions :
imaginer ce qui pourrait être fait au Parc des Sports de Roubaix, qui a complétement été déshabillé de sa belle végétation et pourrait retrouver sa qualité perdue avec des fruitiers et des cultures sur certains espaces
avoir l’ambition d’équiper de parties jardin et fruitiers toutes les écoles collèges lycées de Roubaix, les études conduites par la MEL sur les ilôts de chaleur en ville montrent que les cours d’école sont les lieux les plus inhospitaliers de toute la ville. On pourrait donc y mêler sensibilisation à l’alimentation et confort des enfants.
Enfin je souhaite souligner que cette stratégie de ville nourricière intégrée ne prendra vraiment son sens à terme que si on la replace dans une stratégie territoriale plus large. Produire en Ville est une étape essentielle, mais il faut réinscrire la ville dans ses liens avec le territoire agricole proche, inclure la couronne périurbaine pour développer des circuits courts d’approvisionnement. C’est ce qu’a fait par exemple la Ville de Grande-Synthe 20 000 hab qui réussit à offrir du 100% bio dans ses cantines scolaires. A ce titre, une dynamique de la métropole européenne de Lille doit être recherché pour avoir un impact significatif. Je ne vois d’ailleurs pas de demande de financement MEL dans les intentions de la délibération.
Aujourd’hui pour les grandes villes, le métabolisme alimentaire est absurde, on ne consomme en moyenne en France que 2% de production locale, pour l’aire urbaine de Lille, c’est 3,16%.
97% de notre production locale est exportée et nous importons 98% de ce que nous consommons. Ainsi pour parvenir dans notre assiette, un produit met entre 1500 et 3000 km. Le potentiel agricole des 100 premières grandes agglomérations est de pouvoir nourrir la population à 54%. Nos marges de progrès sont donc énormes, ce chantier a du sens pour contrer les déséquilibres écologiques de notre mode de vie et sécuriser l’approvisionnement alimentaire de nos Villes.
Nous vous encourageons Mr le Maire, Vice-Président de la MEL et du Conseil Régional, à user de votre influence pour cela.
Je voudrai dire à Mr Garcin sans esprit de polémique que le rapport annuel de développement durable indigent qui été présenté au Conseil de par la Loi en fin d’année, ne rend pas honneur au travail réalisé et c’est dommage. Nous attendons pour le suivant qu’il soit pris au sérieux pour donner une vision d’ensemble de ce que la Ville entreprend, c’est de votre intérêt comme de celui du porté à connaissance démocratique.
Nous allons voter avec plaisir cette délibération, vous pourrez compter sur appui pour ce beau chantier.

Myriam CAU