ALERTE A LA POLLUTION : Roubaix trinque, les pouvoirs publics regardent ailleurs …

C’est avec une grande surprise que nous avons constaté qu’aucune mesure spécifique n’avait été prise par les pouvoirs publics concernant la commune de Roubaix quant au pic de pollution que nous avons traversé du lundi 25 au jeudi 28 février.

Nous prenons acte que la vitesse limite a été réduite comme dans toute la région sur les grands axes (voie rapide), et qu’Ilevia a permis pour le prix d’un seul ticket le retour gratuit ou tout autre déplacement dans la même journée.

Néanmoins, tandis que sur Lille et 12 communes la circulation différenciée était instaurée, rien de particulier n’a été prévu sur le secteur de Roubaix et de Tourcoing.

Pourtant les mesures de la station ATMO de Roubaix Serres à la limite de Roubaix et de Tourcoing montrent que la valeur limite de 50 g/m3 pour les particules fines PM10 a été allègrement dépassée.

  • Le lundi 25 : pendant 10 h avec des pointes à 70 µg/m3 pendant 4 h, soit une moyenne journalière de 51,4 µg/m3

  • Le mardi 26 : pendant 16 h avec des pointes à 96-97 g/m3 pendant 4 h, soit une moyenne journalière de 60,5 µg/m3

  • Le mercredi 27 : pendant 14 h avec des pointes à 69-71 g/m3 pendant 4 h, soit une moyenne journalière de 54,6 µg/m3

  • Le jeudi 28 : pendant les 10 premières heures de la journée, soit une moyenne journalière de 39,7 µg/m3

Il est nécessaire de rappeler que pour l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), un air de qualité correcte pour la santé ne doit pas dépasser 20 g/m3 en moyenne annuelle et que la France considère que le seuil de 50 g/m3 en moyenne journalière ne doit pas être dépassé plus de 35 jours/an.

Il est clair qu’à Roubaix nous ne respirons pas bien …

Et encore, il ne s’agit que de la pollution des particules fines les plus grosses (PM10).

Pour les particules très fines (PM2,5), encore plus dangereuses, on a pu constaté un pic à 51,1 µg/m3 pendant 2 h le 25, un autre de 53,6 µg/m3 le 26 pendant 2 h et encore un autre à 68,1 µg/m3 le 28 pendant aussi 2 h avec une moyenne journalière supérieure à 30 µg/m3 du 25 au 28 alors que la limite est de 25 µg/m3 en moyenne annuelle.

Et nous pourrions aussi nous préoccuper aussi du dioxyde d’azote, du gaz carbonique, du souffre, des composés issus du pétrole…

La réglementation française est peu ambitieuse, le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) est mis en cause, notamment par l’association « les Amis de la Terre » pour l’insuffisance des mesures qu’il envisage.

Alors qu‘en cas de pic de pollution, on déconseille les activités de plein air, on ne trouve pas de message d’alerte sur le compte twitter de la Ville de Roubaix mais au contraire on se réjouit !

« Soleil + Mercredi = le terrain des 3 Ponts est forcément bondé » suite de smileys … avec un film où les jeunes font du basket en plein air, idem pour les jeux de plein air du Centre Aéré de l’école Léo Lagrange.

Cela dénote l’état d’esprit : il y a un épisode de pollution sévère mais à Roubaix l’ignorance prévaut … Et la santé trinque.

Des mesures prises par les écologistes de Tourcoing dans leur centre-ville ont montré des résultats supérieurs aux taux de pollution de Lille bénéficiant des mesures de circulation différenciée. Qu’en aurait-il été de mesures similaires au centre de Roubaix ?

Si l’on regarde la Carte Stratégique de l’Air de la MEL, un document tout à fait officiel qui établit un état de la pollution non pas ponctuel mais chronique (dernière édition en mars 2018 sur les années 2014 à 2016), on peut observer que la situation de Roubaix est très préoccupante : tout le centre-ville, mais aussi les quartiers de l’Alma et de l’Epeule sont identifiés comme des zones de dépassement des seuils.

Est-ce que cette situation est récente ? Non, cela fait quelques années que la pollution a pris ses quartiers sur la Métropole lilloise, relevée comme une des plus polluées de France.

A t-on préparé l’avenir avec une stratégie adaptée, notamment de construction d’alternatives de transport ?

Il semble que non :

  • En matière de vélo, c’est la grande stagnation : on enlève des stations V’Lille sur Roubaix Tourcoing pour en mettre au sud de Lille, et quand on fait un aménagement routier, on n’arbitre pas en faveur d’un aménagement vélo, voir les choix d’aménagement faits sur la rue Daubenton il y a quelques jours. On se console avec des bandes cyclables insuffisantes pour sécuriser les usagers et déclencher le changement de mode de transport.

  • En matière de transports en commun, on a diminué de 17 Millions d’€ par an le budget, supprimé des lignes, des horaires et …lancé une campagne de publicité Ilevia qui s’avère contre productive.

Pouvons-nous renverser la vapeur ?

Nous demandons au Maire de Roubaix de se saisir de ce dossier.

  • de prendre toute mesure utile pour informer les Roubaisiens des pics de pollution et des précautions à suivre

  • de porter l’enjeu de la qualité de l’air au niveau de la MEL pour envisager une Zone à Faibles Émissions (ZFE) sur notre secteur

  • de demander le rétablissement des crédits transport pour travailler à l’aménagement de pistes cyclables et de tramways sur Roubaix, l’un vers Wattrelos depuis l’Eurotéléport, l’autre irriguant les quartiers Nord, passant par l’Union vers Tourcoing

  • de pousser en faveur du doublement des rames sur la ligne de métro 2, qui est tellement bondée aux heures de pointe qu’elle en devient repoussoir pour les usagers.

Nous demandons au Préfet d’intégrer Roubaix dans les mesures à prendre en cas de pic de pollution et d’expliquer ce qu’il entend faire pour protéger, aussi, la santé des habitants du Roubaisis.

Publicités